« Je peux le faire »

L’histoire regorge de récits d’experts qui étaient convaincus que les idées, les plans et les projets des autres ne pourraient jamais être réalisés. Cependant, l’accomplissement est venu à ceux qui ont dit : « Je peux le faire ».

Le sculpteur italien Agostino d’Antonio a travaillé avec diligence sur une grande pièce de marbre. Incapable de produire le chef-d’œuvre qu’il désirait, il se lamentait : « Je ne peux rien en faire ». D’autres sculpteurs ont également travaillé cette pièce de marbre difficile, mais en vain. Michel-Ange découvrit la pierre et visualisa les possibilités qu’elle offrait. Son attitude « je peux le faire » a donné naissance à l’un des chefs-d’œuvre du monde : David.

Les experts espagnols ont conclu que le projet de Christophe Colomb de découvrir une nouvelle route plus courte vers l’Inde était pratiquement impossible. La reine Isabelle et le roi Ferdinand ont ignoré le rapport des experts. « Je peux y arriver », persista Christophe Colomb. Et il l’a fait. Tout le monde savait que le monde était plat, mais pas Christophe Colomb. La Nina, la Pinta, la Santa Maria, ainsi que Colomb et son petit groupe de disciples, naviguèrent vers de nouvelles terres « impossibles » et des ressources florissantes.

Même le grand Thomas Alva Edison découragea son ami, Henry Ford, de poursuivre son idée naissante d’une automobile. Convaincu de l’inutilité de cette idée, Edison invita Ford à venir travailler pour lui. Ford reste engagé et poursuit inlassablement son rêve. Bien que sa première tentative ait abouti à un véhicule sans marche arrière, Henry Ford savait qu’il pouvait y arriver. Et, bien sûr, il le fit.

« Oubliez ça », conseillèrent les experts à Madame Curie. Ils ont convenu que le radium était une idée scientifiquement impossible. Cependant, Marie Curie a insisté : « Je peux y arriver. »

N’oublions pas nos amis Orville et Wilbur Wright. Des journalistes, des amis, des spécialistes des forces armées et même leur père ont ri à l’idée d’un avion. « Quelle façon stupide et insensée de dépenser de l’argent. Laissez les oiseaux voler », ont-ils dit en riant. « Désolé », répondirent les frères Wright. « Nous avons un rêve, et nous pouvons le réaliser. » C’est ainsi qu’un endroit appelé Kitty Hawk, en Caroline du Nord, est devenu le cadre du lancement de leur idée « ridicule ».

Enfin, en lisant ces récits sous la magnifique lumière de votre environnement, considérez le sort de Benjamin Franklin. On lui a demandé d’arrêter ses expériences stupides en matière d’éclairage. Quelle absurdité et quelle perte de temps ! Rien ne pouvait surpasser la fabuleuse lampe à huile. Dieu merci, Franklin savait qu’il pouvait y arriver.

Vous aussi, vous pouvez y arriver !

Laisser un commentaire